Archives quotidiennes :

Liberté chérie…

Au risque de ne pas me faire que des amis…

(ce dont je me tamponne allègrement le postérieur)

 »On les abreuve de honte parce qu’on en a fait des prostituées, comme si la honte était pour les victimes et non pour les assassins .  »

-Louise Michel

 

Aujourd’hui est la journée mondiale pour les droits de la femme .

Il existe sur Terre un certain nombre de cultures différentes, avec leur propres institutions, leur coutumes et leurs religions …

De tous temps et dans la plupart des cultures dominant nos paysages, les femmes ont bien souvent fait preuve d’une qualité qui ne trouve pas son égal chez le sexe opposé.

Le sens du sacrifice.

Toutes les femmes sans exception, qui ont vraiment compté dans ma jeune et palpitante existence ont toujours instinctivement fait passer le bonheur de ceux qu’elles aiment avant le leur.

Les femmes fortes ont cette extraordinaire capacité à endurer les pires tourments dans ce but, jusqu’à en oublier leurs rêves et leurs désirs enfouis.

Pourquoi ?!

On peut bien entrevoir quelque part là dedans un soupçon d’instinct maternel, chez les Indiens d’Amérique du Sud, tournés vers la spiritualité et le respect de la nature, la déesse Pachamama est la mère de la terre, et nous sommes ses enfants, elle nous protège et assure notre survie…

Je sais ça n’a rien à faire la dedans, mais j’aime l’idée que dans les civilisations les plus anciennes et les plus sages (malheureusement celles qui ont disparues ), la féminité apporte le message le plus respectueux et le plus sacré, un symbole de richesse, de générosité, la femme apporte la vie et l’amour.

Chaque femme porte en elle cette force !

Oh mais ce n’est pas la seule explication, cela serait bien trop facile de s’en tirer à si bon compte pour nous autres les Hommes, votre moitié si parfaite.

On dit que  »le cœur de la femme s’attache parce qu’il donne, et que le cœur de l’Homme se détache parce qu’il reçoit ».

 

La vérité c’est que depuis des siècles d’autres croyances ont pointé le bout de leur sale petit nez et les hommes ont depuis toujours su s’assurer du maintient de leur dominance, c’est pourquoi encore aujourd’hui l’homme élève sa fille dans la culpabilité et la honte…

La honte … De Quoi ?

On nous enseigne que depuis la nuit des temps nos femmes sont coupables d’être des objets de désir et de tentation pour les hommes… Les femmes déchaînent en nous les passions les plus puissantes, la convoitise, la jalousie, elles nous renvoient à notre faiblesse !

On veut pas savoir pourquoi ni comment mais c’est de leur faute…

Les femmes font même peur aux hommes qui se prétendent les plus sages, moines chrétiens, bouddhistes, et j’en passe …

Alors l’homme  »sage » a trouvé une parade magique pour masquer sa faiblesse, il a fait de sa femme une servante dévouée et loyale, il lui a appris dès son enfance que l’amour n’était pas un partage mais une soumission.

Il lui a enseigné quelle était sa  »vraie » place dans le monde, fidèle à la volonté de l’homme.

Depuis le poid de la honte pèse sur les épaules de la femme.

Encore de nos jours, dans trop de cultures (même en Occident), une jeune fille ne gagne sa  »dignité » que si elle est dévouée à sa famille, il appartient à ses parents de décider de son sort.

Une jeune fille ne sera bien vue et digne d’être  »une femme libre »que lorsque elle sera devenue l’épouse de celui qu’on aura choisit pour elle.

Son devoir sera de veiller au bien-être de son mari, et de ses enfants…

Comment ça  »si elle est d’accord ? » Bah… pourquoi faire ?

J’ai beau chercher le côté sympathique dans le fait de traiter une femme comme une chèvre, j’ai un peu de mal à trouver… Certains brandiront bien vite le bouclier flamboyant qu’on leur a servit au cours de géographie de sixième et qu’on appelle « le choc des cultures » !

Mais ici je ne porte pas de jugement… il ne s’agit pas d’apprécier la valeur sacrée d’une tradition, il s’agit de respect… un mot qui, me semble t-il, trouve le même sens  »moral » à échelle universelle ?…

Mais j’ai quelques doutes quand à son interprétation dans la bouche du saint homme qui marie sa fille de 17 ou parfois 8 ans à un inconnu de 30ans, en lui disant  » tiens mon enfant…voilà l’homme de ta vie ! »

Je crie mon Indignation, au nom de la liberté d’expression, la liberté de choisir, de vivre, de sourire et de rire, la liberté de pleurer…

La liberté d’être soi-même…la liberté de ne pas vivre uniquement pour plaire aux autres! La liberté d’être juste sans avoir à être jugés !

la liberté d’aimer et d’être aimé sans avoir à le regretter.

J’ai une petite faiblesse pour ce célèbre tableau de Delacroix « La liberté guidant le peuple »…

La liberté y est incarnée par une femme devenue symbole de la France. Un symbole parfait pour illustrer cet article.

Il est temps pour toutes les femmes du monde de retirer le masque de la honte, afin de dévoiler le visage de la déesse .

sarifemme

 

Je terminerais cet article avec une prière Inca…Parce que j’ai envie !

 »Nous sommes les descendants d’un peuple éternel
Notre père est le Soleil
Notre mère est la Terre

Nous vivons aux sommets des montagnes
Nous dansons avec le vent
Toujours ensemble,
réunis dans le lieu que la Mère Terre
nous a accordé  »

 

 

 

 

À toutes les femmes que j’aime                                                    CaLé