Archives quotidiennes :

La rentrée du héros

La vie d’un héros, ça ne doit pas être une sinécure . Je dis ça, mais après tout je n’ai jamais essayé…

 

batblog2

quoiqu’il en soit le week-end a probablement tenu ses promesses pour tous les soiffards de festivités en tout genre, y compris pour tous les adeptes de la GROSSE cuite hebdomadaire, sans mauvais jeu de mots…

A vrai dire je pensais surtout aux petits et grands partisans du coutumier déguisement d’Halloween, qui pour le temps d’une soirée (ou parfois quand ils ont perdu un pari ) ont eu envie d’incarner ce héros qui les inspire, ou encore un personnage fantasmagorique !

Pour rester dans le thème, je me suis dis que c’était l’occasion de rendre mon petit hommage à Bob Kane qui a créé le mystérieux et torturé  »Batman » voilà 75 ans cette année.

 

 

Hélas le week-end s’est terminé comme à son habitude par un désagréable mais non moins nécessaire retour au paysage monotone de la vie quotidienne.

Constat pessimiste je vous l’accorde, c’est un sentiment qui s’estompe généralement assez vite quand arrive la perspective du week-end suivant, et MIRACLE !! ça recommence tous les 7 jours !!!

 

La vie est bien faite non ? Il en est ainsi semaines après semaines, le moral en dents de scie au rythme cafardeux du retour vers le lundi matin.

Le petit truc  »en plus » qui vient achever la bonne conscience qui nous aspire hors du lit, c’est quand ce fameux lundi matin succède à nos défuntes vacances, enterrées avec les apéros, nos scéances de glandage et notre bonne humeur.

 

Ce lundi 4 novembre, jour particulier me pousse à m’interroger sur l’origine de cette angoisse, la sainte mère de tous les ulcères infantiles… j’ai nommé la rentrée des classes .

 

Certes un peu à la bourre pour évoquer la toute première rentrée scolaire de mon fils en septembre dernier, j’ai néanmoins pu observer cette expression familière, qui dit  »Fu** ! » sur son visage dimanche soir, lorsque à l’épilogue de ses premières vacances, il a compris qu’il devrait retourner à l’école .

 

 

 

Quel événement pour les parents de voir leurs  »progéniture » devenir des  »élèves » du système, c’est le départ dans la vie active, et quand on y pense c’est un peu comme le départ du tour de France…

 

tour de France

C’est le coup d’envoi de la première grande étape d’une longue série, le début d’une mise en compétition permanente qui doit nous permettre de trouver notre place dans le monde !

plan d'étape

 

Paradoxalement, le système de formation moderne ne nous permet pas de nous trouver nous-même, je veux dire que dès l’enfance, si l’école est un moteur essentiel dans le processus de sociabilisation, et d’apprentissage des valeurs basiques du  »bien » et du  »mal » -et la encore c’est discutable- l’éducation ne nous donne pas les outils pour cultiver notre esprit par nous même, pour comprendre le monde, échanger une pensée critique et créative .

 

 

 

 

 

C’est tout le contraire qui se produit, le système nous formate étapes après étapes, sans donner de sens critique véritable à ce qu’on nous apprend !!!

Qu’on me reprenne si je me trompe mais qui dans toute sa scolarité a déjà assisté à un cours d’histoire, de philosophie, de science… n’importe quelle leçon pendant laquelle votre prof après avoir soigneusement récité les lignes qui se trouvent dans le manuel scolaire approuvé par l’état ( et ça c’est véridique) aurait prit le temps de vous demander  » qu’est-ce que vous en pensez ? Êtes-vous d’accord ? »

 

Juste quelques mots…

Une invitation, qui n’a peut-être pas beaucoup de sens pour un enfant mais qui lorsque elle est donnée offre une chance d’apprendre à forger ses propres convictions, une chance de ne pas sans arrêt gober toutes les informations qui nous parviennent à s’en faire péter la boîte crânienne sans jamais se demander si ce ne sont pas de grosses conneries .

 

Pourquoi ne le font-ils pas ? Et bien c’est simple personne n’y pense, ou plutôt si il y en a quelques uns, rares olibrius qui tentent parfois de dire  »heu les gars, je ne pense pas que ce qu’on nous dit soit la vérité »

Ces mecs là se plaignent qu’on ne les écoute pas… Boah !! Cela serait étonnant ! Un peu exagéré me direz-vous.

Mais tentez le coup à l’occasion, soyez pas timides, remettez en cause la version officielle du 11 septembre (par exemple) on ne fera que vous rire au nez, avant de vous jeter des caillasses et des patates pourries…

 

Ah c’est vrai je suis mauvaise langue on nous laisse tout de même le choix, devenir des  »exploités » qu’on appelle travailleurs (donc des payeurs), tous des consommateurs vivant dans la culpabilité et l’envie… coupables de vivre mieux que les populations pauvres qui meurent de famine et/ou sous les bombes, envieux de la nouvelle Audi A4 du voisin quand nous roulons en Twingo…

 

Ou bien pour quelques privilégiés qui aiment par dessus tout  »battre » les autres, on apprendra a devenir des patrons, des exploitants.

 

 

Bon c’est vrai, après tout je ne suis qu’un homme comme vous, sauf si vous êtes une femme, ou une femme transformée en homme ce qui n’est évidemment pas mon cas …

Je veux dire que je suis un con standard, je n’ai pas la prétention de pouvoir éduquer mon fils mieux que les autres, je suis encore jeune et pour découvrir à quoi je peux bien servir, il reste beaucoup d’étapes sur mon chemin, avec son lot d’échecs et de petites victoires !

 

 

le t-shirt

Et dans ma quête de vérité, j’aime parfois me dire que ma vie est intimement liée à l’art et à l’inspiration qu’il peut susciter dans le cœur des hommes.

 

Cela me rappelle que quoi qu’on puisse entreprendre, il est vital de l’accomplir avec inspiration, et de tout faire pour inspirer les autres

 

Je terminerais donc cet article par un exploit qui n’a probablement jamais été tenté, la citation d’une citation !

Piochée dans un album de  »Blacksad » signé Diaz Canales et Guarnido  »L’Enfer, le silence » :

 

« Sartre affirme que l’Enfer, c’est les autres.

La phrase est brillante, mais je crois qu’elle reflète plus un état d’âme qu’une vérité universelle. Je veux bien admettre que les autres peuvent nous rendre la vie insupportable…

… Mais ils peuvent aussi être nos compagnons de Paradis.

Pour moi l’Enfer c’est le Néant.

 

Un endroit sans mes amis, sans musique, sans paroles qui stimulent l’imagination, sans beauté qui exalte les sens… »

 

 

CaLé